Las Vegas, histoire des machines à sous

https://i2.wp.com/www.icone-gif.com/gif/jeux-classique/casino/casino004.gif

August Fey est né le 2 février 1862 dans un petit village en Bavière.

august fey

C’est durant l’été 1885 qu’il arriva à San Francisco ou il travailla dans différente société de mécanique.

Influencé par l’abondance de roulettes automatiques à San Francisco, Fey décide de construire sa première machine en 1894. C’était une machine à un disque rotatif : HORSESHOE et était très similaire à celles fabriquées par Gustav Shultze (grand fabricant de MAS aux USA) .

En 1895, Fey construit dans le sous sol de sa résidence la « 4-11-44 » basée sur une loterie populaire. Cette machine avait 3 cadrans concentriques et la combinaison maximale rapportait 5$. Cette machine fut placée dans un bar et est devenu tellement populaire que Fey décida d’en fabriquer d’autre. Il décide alors de passer tous son temps à créer et construire des machines à sous.

Fey compris rapidement que les roulettes mécaniques étaient limitées au niveau combinaison et payement. C’est en 1898 qu’il fabrique la 1ère machine à 3 rouleaux : La  » Card Bell » puis vite modifiée en 1899 par la machine reconnue de tous comme LA machine moderne « La Liberty Bell ».

Cette machine est révolutionnaire sur plusieurs aspects :
– Alors que les roulettes sont encombrantes et en bois, la Liberty Bell est minuscule et est en métal.
– Le marquage n’est plus écrit dans l’intérieur d’un ou plusieurs disques mais sur la périphérie de 3 rouleaux.
– Ce ne sont plus des chiffres ou des couleurs associés à des combinaisons gagnantes mais des symboles : As de pique, cœur, carreau, fer à cheval et la cloche de la liberté.
– Il y a 10 arrêts par rouleau permettant ainsi 1000 combinaisons alors que les roulettes n’offrent qu’une centaine de combinaisons maximum.
– Et l’invention principale : C’est la première machine de ce type a payement automatique.

La mécanique de cette machine est tellement aboutie qu’elle sera pratiquement identique jusqu’en 1963, arrivée de la 1ère machine électromécanique de Bally (Money Honey – Version 742 puis 742A).

Cette machine aurait du faire le bonheur de Charles Fey, mais ce ne fut pas le cas. En effet, les joueurs étaient tellement attirés par cette nouvelle machine que les roulettes traditionnelles des autres fabricants furent délaissées. Fey avait choisi de garder l’exclusivité de sa production et partageait les gains avec les bars où étaient disposées ses machines. Vers la fin 1905, une des Liberty Bell fut volée dans un salon de Powell Street. Cette machine est mystérieusement retrouvée à l’usine de Mills (fabricant et concurrent de Fey) à Chicago. En 1906, Mills sort une machine pratiquement identique à celle de Fey. Les autres fabricants suivent de près et bientôt, Watling, Caille sortent eux aussi des machines comparables.

Les associations ainsi que les législateurs américains ont bien essayés d’interdire ces machines à sous en les qualifiants de machines démoniaques. Ils y étaient presque arrivés en faisant voter des lois drastiques à l’encontre de ces machines, lorsque, en 1910, Mills sauve la donne par une idée géniale.
L’idée est la suivante : En ajoutant aux machines un distributeur de bonbon, les machines ne sont plus que considérées comme un vulgaire distributeur, comme on en trouve beaucoup à cette époque.
Parallèlement, Mills change les symboles sur les rouleaux : citron, orange, cerise, prune (faisant référence aux goût des bonbons) remplacent les as et fer à cheval. Seul la cloche reste en hommage à l’inventeur. Ces symboles resteront jusqu’à nos jours. Le melon apparaîtra qu’à partir de 1948 avec la « Melon bell » de Mills.
A partir de cette modification, les machines vont fonctionnées (suivant les états et les pays) comme suit : avec des pièces de monnaies ou des jetons sans trou, le joueur peu acheter des bonbons et, via les combinaisons gagnantes, gagner des jetons avec un trou au milieu. Ces derniers seront échangés contre des boissons, cigarettes…. Par contre, lorsqu’un joueur insère un jeton gagné (jeton percée d’un trou au milieu), il ne peu pas acheter de bonbons mais seulement faire tourner les rouleaux.

casino017

Merci à Las Vegas Bon Plan pour son aide

Publicités
Cet article, publié dans ÉTATS UNIS, connaitre las vegas, FRANÇAIS LAS VEGAS, français las vegas, guide las vegas, hotels las vegas, jeu las vegas, LAS VEGAS HISTOIRE, machines à sous las vegas, pari las vegas, slot las vegas, sortie las vegas, Visiter Las Vegas, vivre à las vegas, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Las Vegas, histoire des machines à sous

  1. Elisa dit :

    Très intéressant. Merci pour le partage 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Carole dit :

    Les bonbons et les fruits mènent à tout ! Il est vraiment intéressant cet article. Carole

    Aimé par 1 personne

  3. rp1989 dit :

    Très instructif cet article. 🙂 ça rajoute de la légende à Las Vegas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s